BIOGRAPHIE DES ARTISTES


 

 

 

 

Je m'appelle Magguy Faraux, je suis conteuse et chanteuse, née aux Antilles

 

Voici quelques mots sur mon parcours.

J'ai puisé dans ma mémoire les mots et paroles qui sont l'essence de l'oralité antillaise, les malices de Compère Lapin un personnage typique de notre culture orale, la débrouillardise de Ti-Jean l'Horizon un garçon bien rusé et d'autres contes merveilleux de notre patrimoine.

Nos contes sont à rire et à réfléchir, c'est un véritable voyage au cœur de la culture antillaise, on frissonne en écoutant le chant de la terrible Bête à Man Ibè ou les danses de la grande Diablesse dans la nuit noire, on chante des berceuses, et l'on se surprend à rêver!

Ma mère était lavandière et elle chantait quand elle travaillait à la rivière, je me suis souvenue de toutes ces chansons qui m'ont bercée et ont fait grandir mon âme d'enfant créole, et c'est ce que j'offre : des berceuses, des rythmes de carnaval sur des envolées de papillons aux couleurs chatoyantes!!

Mes contes sont pour tout public et sont dits en français, je m'accompagne à la guitare pour douciner mes racontées de biguines, de comptines créoles.

Mes spectacles : Contes et Chants de ma Case CréoleContes du Diable des gourmandises, ainsi que Ti Doudou créé pour les tout-petits.

 Originaire de La Seyne Sur Mer (Var), Bérengère Jullian est aujourd’hui comédienne, musicienne et chanteuse, danseuse. Elle s’adonne également à la peinture. Désireuse de partager sa passion, elle est aussi professeur de théâtre au sein d’écoles, d’associations et de sa propre compagnie.
 Elle entre au Conservatoire très jeune puis joue dans la foulée différentes pièces classiques et contemporaines. (Marivaux, Molière, Daoudi, Blasband etc…). Elle fait également de la mise en scène, notamment deux créations le Parti pris des choses de Francis Ponge et Exercices de style de Raymond Queneau.
 En 2008, elle monte à Paris et enchaîne des stages de perfectionnement au Studio Müller, au Cours Florent et à Acting International ainsi qu’auprès de directeurs de casting et de coachs. Elle se tourne aussi vers le cinéma, en jouant dans des courts métrages et des séries télévisés. Elle a aussi un groupe de musique avec lequel elle se produit régulièrement. Mais ce qui l’a fait vibrer au plus haut point est l’improvisation qu’elle découvre il y a 5 ans.

 

Elle monte et crée des spectacles tout public comme son Satané Manoir et jeune public comme « des histoires pleins les placards » ou « c’est moi le héros, épicétou ». Elle travaille également à son premier one man show improvisé : « La Malle à droite »

 

 Amoureuse des mots dès son premier sourire, Christine Le Goff se forme pendant 4 années au théâtre avec notamment l’école Charles Dullin. Elle découvre le conte en compagnie de la comédienne Maryse Poulhe en 1995 puis explore l’art du récit avec Catherine Zarcate.

Intéressée par les arts et traditions populaires, elle suit le séminaire «l’histoire des contes» de Catherine Velay-Vallantin à l’Ehess.

Grande voyageuse et passionnée par la culture russe, elle a une prédilection pour les récits de ce pays de neige. Elle a raconté et mené des ateliers au séminaire d’Ivantéevka près de Moscou de 2010 à 2012.

Elle chante dans la chorale russe sous la direction d’Olga Rusakova depuis 2010.

Elle tricote des histoires mêlées de chants.

Elle en invente aussi. Aujourd’hui son répertoire se compose de récits facétieux, fantastiques, féeriques et des 4 coins du monde.

Elle est formatrice en art de la parole. Elle intervient pour tous les publics : enfants, adultes, amateurs et professionnels.


 

 

 

Une grand-mère conte pour sa petite-fille qui raconte à son tour aux copains de son âge. De cette enfance baignée d’histoires Hélène Loup a gardé la passion des mots et du langage. Souffle des larges épopées, légendes tragiques et longs récits merveilleux ; rythme échevelé, ton percutant des histoires drolatiques ; discrète ironie pour les contes coquins ; respect du texte d’auteur, poétique et littéraire, Hélène Loup conte par plaisir dans des genres très divers.

Comédienne, professeur de lettres, elle a aussi été critique. En 1976 elle est revenue à ses premières amours, le conte et les histoires. Depuis, elle raconte en bibliothèques, centres culturels, théâtres, festivals, radios, écoles… Elle participe dès 1984 à l’animation des « journées du conte de la bibliothèque Beaugrenelle » où tous sont invités à conter. Elle assure des formations auprès de bibliothécaires, enseignants, travailleurs sociaux et retraités, ainsi que des ateliers d’écriture.

 

Elle a publié chez Edisud, dans la collection pédagogique « L’espace du conte » :

- Le jeu de la répétition dans les contes 

- Conter pour les petits

- Conter aux adolescents

 


 

 

Henri Gougaud dit d’elle qu’elle est une « conteuse populaire », par passion, par amour.  Depuis plus de 25 ans, Martine Mangeon conte la vie, l’Histoire et  la tradition,  dans l’idée constante de transmettre afin de partager les instants de plaisir et de culture populaire qu’offre le Conte.

Ses univers : du merveilleux à la vie en passant par les légendes.

Quelques titres de contées - avec chansons

 

Petites oreilles :

Lula la vache au pays des contes traditionnels, La Reine aux cheveux d'or et le soleil

 

Grandes oreilles primaire :

Grimm et Cie, l'Ecume des Contes

 

Ados/Adultes :

la Veillée noire, dis-vous la Môme (Edith Piaf), Les contes du lavoir, Couleur de Seine, Secrets d'écorce.

 

Seniors :

Mémoires de galettes, Y a pas d'âge pour chanter.

 

Pour elle, le Conte et la conteuse portent la même parole.

Sans frontières, elle va là où le Conte la mène, seule ou accompagnée d’un complice musicien. 

Formatrice à l'art du conte, elle intervient en tous milieux scolaires, de la maternelle à Sciences Po !   

 

 

Nassereh Mossadegh est née au pays des Mille et Une Nuits, la Perse (aujourd'hui l'Iran). Fascinée dès l'enfance par les contes, elle a entrepris de travailler sur la tradition orale. Elle a rédigé trois thèses sur ce sujet et, après divers collectages en Iran, se retrouvant devant une richesse  incroyable  de contes de  qualité littéraire insoupçonnée, elle a éprouvé le besoin de partager ce savoir.

Elle a commencé à raconter en deux langues pour transmettre la tradition orale sinon elle mourait. Son objectif n'est pas de l'enseigner mais, à travers cet outil, de permettre aux gens de rêver et d’éblouir leur quotidien. En Iran, le conte est un travail de quête de l'absolu de l'âme. Nassereh a fait de sa passion son métier.


Bertrand N’Zoutani est né dans le Sud du Congo. Il est issu d’une famille de musiciens et conteurs. Griot de notre temps, il colporte hors de son pays le Congo Brazzaville, les contes légués par la tradition.

Bertrand N’Zoutani a fait parti du Théâtre National du Congo. A son arrivée en France, avec des amis ils fondent un groupe de musiques et danses « Le Ballet Théâtre Kodia ». Bertrand a travaillé pendant de nombreuses années aux Jeunesses Musicales de France, en proposant plusieurs spectacles où conte, musique et danse sont intimement liés. Il a participé à plusieurs festivals internationaux de la parole au Vénézuela, Colombie, Cuba, Mexique, Equateur et Espagne.


 

 

 

 

 

Françoise Pecchiura croise dès son plus jeune âge, les chemins du conte.

Née en automne 1965 à Lyon, elle grandit à l'ombre des traboules de Guignol et de la mère Cotivet. L'été, elle s'enivre des senteurs méditerranéennes et du chant des cigales.

Passionnée des littératures mythologiques et légendaires de notre planète, croqueuse de livres, elle restitue dans une langue tout en nuances les rêves et les saveurs de ses derniers voyages au pays des pages et des mots qu'elle tisse en histoires douces amères.

Après des études de lettres à Lyon II, elle quitte les berges du Rhône pour celles du Rhin et poursuit à Strasbourg des études théâtrales à l'université Marc Bloch. Elle se lance en 1989 dans l'aventure artistique professionnelle comme « conteuse ».

 

Pipelette La Chaussette

Depuis 2005, Sandrine Clain donne naissance à des histoires, que ce soit pour ses spectacles ou les livres jeunesse, comme elle le faisait quand elle était petite en écrivant dans son petit carnet.. : c’est toujours un rapport ludique et sensible aux choses et à l’imaginaire enfantin qui l’anime. La communication est directe avec le jeune public qu’elle connaît bien pour avoir travaillé 8 ans à ses cotés (crèches, écoles maternelles et centres de loisirs). Ce travail de création pour le jeune public est nourri par une formation et une recherche personnelle pour les arts du spectacle vivant : théâtre, théâtre musical, improvisation, chant, danse. clown, écriture de sketchs, aide à la mise en scène.


 

 

Nathalie Victoire monte sur scène il y a plus de quinze ans par le biais de la Cartoucherie de Vincennes et sur bien d’autres planches.

Aujourd’hui, elle crée ses propres spectacles, purs moments de plaisir, et donne à chacun l’envie à sa propre créativité.

 

Nathalie Victoire joue également du tambour d’acier. Socialement cet instrument de musique, inventé récemment, a un sens particulier :  il consolide les liens entre les individus.